Marquise de Villette

ROUPH DE VARICOURT (Reine Philiberte), marquise de Villette (1757-1822) — la Belle et Bonne de Voltaire — prononça le Discours d’installation de la Loge écossaise d’adoption Belle et Bonne, le 9 février 1819. Notre citation est tirée de l’ouvrage de Jean Stern indiqué dans la bibliographie, p. 194-196.


Invitée à présider à la fondation d’une loge d’adoption associée à celle des Amis des Lettres et des Arts, j’aime à la considérer comme une sorte d’inspiration et de création du grand homme qui consacra tous les jours de sa vie à défendre les opprimés, à secourir les malheureux, à propager la tolérance, à servir l’humanité. Ce nom de Belle et Bonne qu’il aimait à donner à sa fille d’adoption, La Loge écossaise d’adoption que nous allons ouvrir le reçoit et le justifie. La beauté ajoute un nouveau prix aux actes de la bonté, et la bonté fait encore paraître belles les personnes de notre sexe qui sont entrées dans cette saison de la vie où les fleurs de la beauté ont perdu leur éclat.

Ouvrières d’un atelier nouveau, fondé sous les auspices d’un grand homme qui fut lui-même maçon, honorons les formes maçonniques qui conviennent à nos travaux par de sages délibérations et des actes de bienfaisance dont la maternité soit l’âme, dont l’instruction élémentaire des enfants des classes pauvres soit le premier objet. Que par nos soins quelques écoles soient fondées ou entretenues, que de bons livres élémentaires soient composés ou répandus, que chacune de nous laisse une trace utile et soit consacrée par le souvenir d’un bienfait !

Les femmes sont des anges de paix et d’union sur la terre ; elles sont les fleurs de l’humanité et comme une seconde providence pour l’homme. Que notre mission soit d’inspirer l’amour du bien et d’en offrir l’exemple ! Les moments de notre vie employés dans nos ateliers à répandre des consolations et des bienfaits dans les asiles de l’infortune seront, au milieu des peines attachées à notre condition mortelle, comme des touffes de palmiers toujours verts qui soulagent et réjouissent la vie au milieu des sables brûlants de l’Égypte.

Nous serons secondées dans toutes nos vues bienfaisantes par la coopération et l’appui du grand commandeur titulaire du Rite Écossais, qui a regardé comme une continuation de ses importantes fonctions la direction des travaux de nos vénérables ateliers.

Qu’une joie pure préside à nos réunions, que la douce influence de vos chants et des sons harmonieux qui vont se former sous vos doigts fasse pénétrer dans vos âmes les sentiments que la propagation de la tolérance a tant de fois produits dans ses immortels ouvrages !

Fleurs brillantes qui m’entourez, fleurs vivantes de l’humanité, qui embellissez pour l’homme les sentiers escarpés et difficiles de la vie, devenez autant d’instruments animés dans ce concert mystérieux où chaque impression produite par la musique doit porter à l’âme le besoin de la bienfaisance et de la vertu !

Environnez, couronnez de fleurs le buste du philanthrope dévoué, de l’illustre maçon qui a consacré toute sa vie à élever un monument à la tolérance et à l’humanité. Imitons de noble modèle. Autour de lui, les habitants de Ferney voyaient se développer pour eux, par son active et ingénieuse bienfaisance, tous les éléments de bonheur. Autour de nous, que les infortunes soient secourues, que les enfants pauvres soient instruits et formés à la vertu, que les bons livres élémentaires se multiplient et se répandent ! Surveillantes de cet atelier, faites reproduire et conserver ces vues essentielles de notre institution dans les colonnes dont la garde vous est confiée, et qu’un triple houy… houy… houy témoigne l’unanimité de sentiment qui inspire toutes les âmes dans ce vénérable atelier.

Houy… houy… houy !

*

* *


Bricaire de La Dixmerie

Frédéric II

Marquis de Luchet

Lalande

Dorly

Mercier

Roucher

Prince de Ligne

Marquise de Villette

Anonyme

Germain

Frère Boué

Dutertre

Littré

Bérillon

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *