La Raison par alphabet

000 Présentation 1 expo-2014-fusier w

La première édition du Dictionnaire philosophique est sortie des presses en 1764 et a provoqué une réaction violente de la part des autorités et de ceux selon qui la survie de la sainte Église avait été mise en danger par Voltaire. Plusieurs édi­tions suivirent, une deuxième à Genève, une à Amsterdam, trois ou quatre en France, une à Berlin, la plupart enrichies de quelques articles supplémentaires.

Les éditeurs attitrés de Voltaire, les Cramer, n’avaient pas pu, ou n’avaient pas voulu, publier le Dictionnaire en 1764. Voltaire avait donc fait appel à l’ancien prote des Cramer, Gabriel Grasset, récemment établi à son compte et prêt à accompagner son auteur dans les sentiers hasardeux de la clandestinité: à par­tir de 1764, c’est Grasset qui a édité presque tous les ouvrages« dangereux» de Voltaire.

Les Cramer se sont ravisés, cependant, et en1769 ils ont fait paraître une nou­velle version du Dictionnaire, en deux volumes, sous le titre de La Raison par alphabet. C’est de cette édition, qui comporte118 articles, que nous tirons les textes de notre exposition.

Entre 1770 et 1771 est parue une collection d’une tout autre importance, les neuf volumes des Questions sur l’Encyclopédie, 410 articles. Somme de la philo­sophie et du savoir voltairiens, les Questions reprennent une cinquantaine d’ar­ticles du Dictionnaire philosophique, les autres ayant été regroupés dans diffé­rentes éditions des œuvres complètes de Voltaire sous le titre« Fragments sur divers sujets, par ordre alphabétique».

En 1777, le grand éditeur Panckoucke se rendit à Ferney accompagné de son conseiller littéraire Jacques Joseph Marie Decroix. Ils soumirent à Voltaire le plan d’une nouvelle édition de ses œuvres, projet que Panckoucke cédera plus tard à Beaumarchais et qui deviendra l’édition dite de Kehl. Ils proposèrent de réunir les nombreux articles parus dans le Dictionnaire philosophique, les Questions sur l’Encyclopédie ou ailleurs dans une seule et même suite alphabé­tique dont le titre restait alors à trouver. Voltaire accepta cette solution, et en fin de compte l’édition de Kehl consacra sept volumes à cet ensemble reconstruit, sous le titre de… Dictionnaire philosophique.

L’auteur de la bibliographie de Voltaire, Georges Bengesco, a été le premier à restaurer l’identité du Dictionnaire philosophique de 1764 en l’éditant de nou­veau dans les Œuvres choisies de Voltaire en 1891. Il fut suivi par Julien Benda et Raymond Naves en 1935. Nous citons quelques lignes de l’introduction magistrale de Benda:

« J’avoue que, dans ma jeunesse, je lisais le Dictionnaire avec le culte un peu distrait qu’on porte aux combattants de la première heure d’une lutte désormais finie. Je le lis d’un autre cœur aujourd’hui que je constate que la lutte n’est nullement finie, que l’adversaire auquel il s’en prend mène la bataille avec plus de foi et de vigueur que jamais. La gloire des polé­mistes, dit-on, ne vit qu’un jour. On oublie le cas où ils s’attaquent à une position d’humanité éternelle, dont ils ont su, par un éclair, apercevoir toutes les batteries.»

Cet aperçu prend une double signification quand on se souvient du sort de son coauteur. Peu de temps après la publication du Dictionnaire philosophique et la soutenance de sa thèse Le Goût de Voltaire, Raymond Naves rejoignit l’Univer­sité de Toulouse comme maître de conférences. Résistant actif après la démo­bilisation, il est arrêté le14 février 1944 en route pour la faculté et déporté à Auschwitz. Il n’en reviendra pas.

Andrew Brown, 2014

L’histoire du Dictionnaire philosophique

Les articles du Dictionnaire philosophique retenus par Andrew Brown:

Amour-propre

Ange

Bêtes

Chaîne des êtres créés

Chaîne des événements

Destin

Egalité

Fanatisme

Gloire

Luxe

Méchant

Métamorphose

Tout est bien

Tyrannie

Vertu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *