k. « Pourquoi lire les historiens du passé? Le cas de Voltaire” , conférence de Marc Hersant

Conférence de Marc Hersant

Jeudi 13 novembre, 18h30. Orangerie du château. Entrée libre.

Alors que les écrivains et les philosophes du passé suscitent toujours en tant que tels un intérêt évident, il peut paraître plus difficile de soutenir que nous lisons les historiens d’autrefois pour acquérir des connaissances historiques et découvrir le passé.

Depuis l’époque du positivisme, l’Histoire est en effet envisagée comme un chantier collectif et évolutif qui rend chaque état des connaissances provisoire et chaque discours historique périssable.

Malgré tout, notre époque n’a pas perdu le goût de la lecture des grands historiens de l’Antiquité (d’Hérodote à Polybe, en passant par Thucydide et Tacite), du Moyen Âge (Froissart ou Joinville), ou de l’époque moderne (qu’on songe au Discours sur l’Histoire universelle de Bossuet ou aux Mémoires de Saint-Simon, qui se voulait historien de sa propre époque).

Quant à Voltaire, il fut le plus célèbre historien de son époque, et aussi le plus violemment discuté : pendant plus de quarante ans, de l’Histoire de Charles XII à l’Histoire du Parlement de Paris, en passant par ces trois monuments historiographiques que sont Le Siècle de Louis XIV, l’Essai sur les mœurs et l’esprit des Nations et l’Histoire de l’Empire de Russie sous Pierre le Grand, il s’attela à ce genre narratif en prose, le plus prestigieux de son époque, avec une énergie et une ténacité qui forcent l’admiration. Mais son œuvre d’histoire est aujourd’hui beaucoup moins lue que ses contes ou ses pamphlets antichrétiens les plus brillants. Admirée de loin, elle n’est guère fréquentée dans son détail que par quelques curieux et par les spécialistes. Tout en s’interrogeant sur les raisons de ce relatif abandon, on se demandera ce qui pourrait ranimer l’intérêt de notre époque pour ce monument oublié.

Marc Hersant, Université d’Amiens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *